[Test] Crisis Core Final Fantasy VII Reunion : Un retour en grande pompe pour Zack Fair ?

Vous le verrez assez vite dans les lignes ci dessous, les Tests se voient renouvelés dans leur structure. Le but étant de recentrer mes propos et d’aller à l’essentiel, de quitter des articles beaucoup trop scolaires et sclérosés à mon goût. A partir de maintenant, je ne vous parlerais que des choses que j’apprécie et que je n’apprécie pas dans un JV. Cela vous permettra à vous, comme à moi, de gagner un temps fou à la lecture, mais aussi à l’écriture pour moi. Enfin, je récupère cet encart en début de Tests pour vous parler de choses que j’aurais à vous dire habituellement sur Twitter. Dorénavant, si j’ai quelque chose à dire, ce sera ici et nulle part ailleurs ! Je vous souhaite une agréable lecture, tout en espérant que cette refonte vous plaira (n’hésitez pas à me donner votre avis !)

Test et screenshots effectués à partir d’une version PS5 dématérialisée fournie par LU6.1, que je remercie infiniment pour leur confiance.

A savoir

  • Action J-RPG dans l’univers de Final Fantasy VII
  • Date de sortie : 13 décembre 2022 (13 septembre 2007 au Japon, 25 mars 2008 aux USA, 20 juin 2008 pour l’Europe sur PSP)
  • Plateformes : PC, PS4, PS5, Xbox Series S/X et Nintendo Switch
  • Prix de vente maximum conseillé : 59.99€
  • Le PEGI : Déconseillé aux moins de 16 ans
  • Jeu terminé en environ 21 heures
  • 40% des missions secondaires effectuées
  • En mode de difficulté Normal
  • Re jouabilité élevée, NG+ embarqué
  • Absence de mode photo
  • Aucun problèmes d’ordre technique à vous remonter, pas de freezes ni de ralentissements lors de mes sessions

Le Synopsis

La suprématie de la Shinra ne fait aucun doute. Son unité d’élite, le SOLDAT, ainsi que ses agents spéciaux, les Turks, travaillent ensemble pour enrayer les troubles, guerres visibles comme invisibles. Une période de crise s’amorce alors que des monstres issus des manipulations génétiques secrètes de la Shinra terrorisent la planète. 

Crisis Core Final Fantasy VII Reunion se déroule 5 ans avant Final Fantasy VII et met en scène Zack Fair, un SOLDAT appartenant à la Shinra, ayant pour missions d’accomplir celles que son employeur lui dicte de faire.

Ce que j’ai aimé :

Crisis Core Final Fantasy VII Reunion est l’occasion pour les fans et pour les autres, de (re)découvrir les événements prenant place quelques années avant ceux de Final Fantasy VII. L’occasion pour moi, de rattraper une des erreurs de mon enfance, c’est à dire d’enfin découvrir les aventures de Zack Fair, dans son combat au sein de la Shinra. Ce remake-remaster nous propose l’exacte même aventure sortie 15 ans plus tôt sur PSP mais Square Enix à tout de même tenu à la remettre du mieux possible au goût du jour. Graphismes rehaussés, doublage lors des cinématiques (seulement en Anglais ou en Japonais), gameplay revu et corrigé pour se rapprocher de ceux de Final Fantasy VII Remake, tout est donc fait pour un confort optimal. C’est beau sur le papier et manette en main, les promesses sont tenues, du moins dans leur majorité puisque Square Enix n’à oublié qu’une petite chose : les cinématiques les plus importantes (ou les plus marquantes) n’ont pas été retouchées et accusent le poids des âges. Et autant dire que 15 ans dans l’industrie vidéo-ludique, ça se voit rapidement.

En résulte quand même, en ce qui me concerne, un immense plaisir pendant mes 21 heures de jeu pour en voir la fin. Un plaisir de découvrir enfin l’histoire de Zack, un plaisir aussi lors des nombreux combats que parsèment le titre. Vous avez dû le lire ici et là, la fameuse roue en haut à gauche de l’écran fait ici son grand retour et il faut bien avouer que les développeurs ont eu une idée de génie pour l’époque. L’OCN (pour Onde Cérébrale Numérique) offre tous un tas d’avantages pour Zack, comme pour vous, lors des combats. En alignant trois images, elle vous offrira alors soit de la magie illimité pendant un temps, un regain de magie, de santé et/ou de Point d’action, un niveau supplémentaire parfois (j’y reviens plus bas dans le prochain paragraphe), une grosse attaque supplémentaire appelée Limit Breaks) ou même carrément une invocation d’un esper ! Le gameplay est vraiment jouissif et à donc participé, aux côtés d’un scénario intéressant à suivre, à mon plaisir de jeu. De plus, lors des combats, vous pourrez vous aidez de vos matérias (au nombre de 6) afin de varier vos stratégies. La mienne à été de jouer sur les faiblesses ennemis en me servant du quatuor Méga : feu, tonnerre, glace et soin. Oui ma stratégie est basique au possible mais à tout de même fonctionné jusqu’à là toute fin de ma partie. Néanmoins, sachez qu’il vous faudra être plus consciencieux(se) que moi, surtout si vous voulez y jouer en difficile (et/ou si vous visez le Platine/1000G), en « jouant » avec la fusion de matérias afin d’avoir des sorts très puissants, puisque même si les combats du scénario sont accessibles, ceux des missions secondaires sont retors au fur et à mesure que leur difficulté augmentent (visible avec leur nombre d’étoiles affichées). Niveau durée de vie, j’aurais pu ne faire que la partie scénario mais je ne voulais pas finir Crisis Core Final Fantasy VII Reunion trop vite, j’ai donc décidé d’alterner très régulièrement entre le principal et les missions secondaires, qui m’ont permis de me « stuffer » et de gagner des niveaux. C’est là qu’on se rend compte que si on peut très bien voir la fin en une dizaine d’heures, on peut quintupler la note rien qu’avec le secondaire, preuve que l’œuvre était et encore taillée avant tout pour une expérience nomade et rejoint parfaitement la philosophie de la Nintendo Switch. Quant à moi, je l’ai accompli dans mon canapé, au chaud, sous un plaid, avec des gâteaux pas loin, pendant ma convalescence. Enfin, un mot sur la bande son, qui pour l’occasion, à été ré-orchestrée, elle à aussi sa part de responsabilité dans le fait d’avoir un agréable moment manette en main, mention spéciale à celle qui se déclenche lors des combats qui verront apparaitre un certain Sephiroth (oui celle du film d’animation Final Fantasy VII Advent Children !)

Ce que j’ai moins aimé :

Je vais commencer par chipoter un peu. J’aurais aimé d’une part, que les cinématiques les plus importantes bénéficient elles aussi du travail de remasterisation de la part de Square Enix, mais aussi, d’une seconde part, d’un doublage français. Parce que j’estime, au prix que l’éditeur développeur, nous demande pour son titre, que le résultat final aurait mérité soit plus d’efforts, soit un montant plus « doux » que 60 balles. Mais je l’ai dit en préambule de ce paragraphe, c’est vraiment du chipotage de ma part. Ce que j’aurais à reprocher à ce Crisis Core Final Fantasy VII Réunion, se situe au niveau de l’OCN et de la prise de niveaux de Zack. En effet, sans informations, le jeu nous fait penser que l’on gagne un niveau au « hasard ». Et c’est le cas ! Pour l’époque, il faut bien avouer que c’est courageux de vouloir proposer une telle feature (et dans un sens, ça l’est toujours en fait !). Ce qui me gène, c’est dans le côté aléatoire de la feature. Pour gagner un niveau, il faut que l’OCN aligne un Triple 7 sur sa roue afin que Zack passe de niveau. C’est donc l’IA qui décide pour vous, à votre place, quand vous gagnez un niveau. Pour une personne comme moi qui aime avoir le contrôle de son personnage dans un RPG, mes habitudes sont un peu bousculées et fatalement, l’impression de devoir farmer se fait ressentir. Fort heureusement, très tôt dans mon aventure, j’ai décidé que je ne farmerais pas et grand bien m’en à pris puisqu’en jouant à mon rythme, j’ai fini mon aventure alors que Zack était niveau 45. Si j’ai pris énormément de plaisir à enfin découvrir le scénario de ce Crisis Core, il faut bien aussi se rendre compte que ce dernier compte énormément de soucis dans sa narration. Si, dans les grandes largeurs, on comprend les tenants et les aboutissants, certains dialogues (surtout ceux d’un personnage bien précis) sont incompréhensibles et m’a perdu très souvent. En se focalisant uniquement sur le regard de Zack, le récit perd énormément en matière et on se rend compte très souvent qu’il se passe énormément de choses dans les coulisses. J’aurais aimé être un public omniscient, c’est à dire que le récit me raconte TOUT ce qu’il a à me dire et non pas que la partie qui concerne Zack. C’est un parti pris, je me doute bien, mais j’ai trouvé que c’était mal peaufiné et assez bancal dans son procédé. Il y a également les animations des personnages lors des cut scènes qui auraient méritées d’être remis au goût du jour puisque voir Zack Fair(e) des grands gestes en mode Yu Gi Oh !, c’est amusant au demeurant, ça l’est un peu moins dans une scène qui se veut être à la dramaturgie triste. Là encore, le sentiment que Crisis Core vient tout droit de son époque, comme si il avait voyagé dans le temps ne me déplait pas tant que cela, mais accuse le poids des âges.

Verdict

Square Enix, emboîtant le pas à un certain Capcom, n’a pas son pareil en matière de remakes et/ou de remaster. Oscillant entre les deux, Crisis Core Final Fantasy VII Reunion est une combinaison des 2. A la fois remake dans son gameplay mais aussi remaster dans certaines de ses cinématiques les plus importantes, le voyage dans le temps est plus que visible, le plaisir de jeu l’est également. Tout simplement une aubaine pour les joueurs et les joueuses qui l’ont raté à l’époque, cette fois-ci il m’était inconcevable de passer à côté et j’ai tout simplement adoré que Square Enix me permet de le faire dans les meilleures conditions possibles. Si l’expérience aurait pu être encore meilleure qu’elle ne l’est déjà, je ne vais pas cracher dans la soupe et tout simplement remercier l’éditeur-développeur de cette initiative, qui me permet de mieux comprendre les motivations de tout ce beau monde, en attendant fermement Final Fantasy VII Remake Part 2, qui sera mienne lors de son jour de sortie, tout comme l’a été la première partie lors de sa parution en avril 2020 sur PS4 et lors de sa ressortie sur PS5 l’année dernière.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s