[Test] Persona 5 Royal (PS5) : l’intemporalité d’un chef d’œuvre

Sorti le 21 octobre dernier sur PS5, Xbox Series S/X et Nintendo Switch, c’est avec un énorme plaisir pour moi de voir débarquer cette version new gen, à tel point que j’en ai bousculé mon emploi du temps de fin d’année pour lui consacrer du temps. Mais au cours de mes sessions de jeu, une réflexion s’est imposée : Persona 5 Royal fait partie des chef d’œuvres intemporels. Explications.

Test et screenshots basés à partir d’une Version PS5 physique et commerciale fournie par Plaion France que je remercie infiniment pour leur confiance.

Lire le Test de Persona 5 Royal sur PS4

Quand j’ai découvert Persona 5 Royal pour la première fois, j’ai été conquis par un RPG japonais écrit avec brio, qui ne m’a pas laissé indifférent, loin de là. Pourtant loin d’être fada de ce genre de jeu bien précis, Persona 5 Royal m’avait alors fait comprendre bien des choses. Deux ans ont passés. Persona 5 Royal sort à nouveau, mais cette fois ci, il s’invite sur d’autres plateformes que celles de Sony. 60 FPS (pour la PS5 et les Xbox Series) et tous les dlc dans la galette (ou la cartouche qui contient le JV en intégralité) pour tout le monde, le tout vendu plein pot, le but de ce test n’est pas de vous dire tout ce que je pense du titre en lui même, pour cela je vous renvoie vers son Test sur PS4 ci dessus. Néanmoins, sachez qu’en terme de technique pure, je n’ai eu aucun souci sur mes 60 premières heures. Pas de freezes, pas de ralentissements, pas de bugs. J’ai juste un petit grief, j’aurais aimé que la DualSense soit prise en charge par le titre mais on peut dire que je chipote. J’ai failli oublié : Persona 5 Royal est encore traduit en français. Vous pouvez donc foncer les yeux à moitié fermés.

J’aime profondément Persona 5 Royal. Je l’ai déjà dit il y a deux ans et je le redit encore : Persona 5 Royal est un chef d’œuvre. Une « Masterclass » comme on dit outre atlantique. De bien des façons, quand on s’y plonge, on ne le lâche pas, même si les RPG nippons ne sont pas ma tasse de thé. Persona 5 Royal sait me parler de choses qui m’intéresse et me font accrocher à ses personnages comme (très) peu de titres savent le faire. Le dernier en date étant un certain Cyberpunk 2077.

C’est même avec un petit crève cœur que je suis entrain d’écrire ce test puisque j’aurais bien continué et aimé aller jusqu’au bout de l’aventure une seconde fois, platine en poche avant de vous dire tout ce dont j’ai réfléchi durant mes sessions dessus. Mais malheureusement, le temps et les impératifs me rattrape et d’autres obligations m’oblige à devoir mettre de côté ma partie, sinon ce test ne serait jamais sorti en 2022…

Persona 5 Royal est un chef d’œuvre intemporel, de ceux que l’on peut relancer 2, 5 ou 10 ans plus tard et se rendre compte que ses propos, son gameplay et son ambiance sont toujours autant d’actualité avec l’époque durant laquelle on y joue. De par l’intelligence de son écriture et la justesse de sa mise en scène, Persona 5 Royal fait donc partie de ce genre de production indémodable et intemporelle.

Les thèmes, les sujets et la façon qu’a Atlus de nous en parler fait que Persona 5 Royal est plus qu’un vulgaire Jeu Vidéo, plus qu’un énième RPG au tour par tour, c’est une réelle œuvre qui à des choses à nous dire et qui le fait tellement bien qu’il serait dommage, qu’en tant que joueurs et joueuses, qu’on lui tourne le dos en l’écartant d’un revers de la main. Alors certes, on peut très bien être hermétique à ses propos et son postulat (un groupe d’adolescents se décident à purger le Japon de la corruption avec une méthode bien particulière et devront faire face à une suite de menaces de plus en plus importante), mais de mon point de vue personnel, de mon expérience de joueur, je n’ai vu que très peu de ce genre d’œuvre vidéoludique. Persona 5 Royal a donc des choses à dire, le fait avec intelligence et trouve même la petite étincelle pour nous prendre la main et nous inviter à nous investir corps et âme dans les aventures de ces chers voleurs fantômes. On prend donc fait et causes (ou non) pour cette petite bande de hors la loi et on réfléchit à longueur de temps sur nos actions et sur bien d’autres sujets auxquels le jeu nous confronte sur environ 120 heures, extension de cette version Royal compris.

Si vous m’avez lu jusque là, oui ce Test n’en est pas vraiment pas un et vous dire que j’aime Persona 5 Royal, qu’il est exceptionnel et que vous devez le faire coûte que coûte ne prend pas 1500 mots. Juste une phrase.

Pourtant, je me sert de ces colonnes pour vous dire la chose suivante : Persona 5 Royal est intemporel. Parce que les sujets et les thèmes qu’il couvre le sont. Corruption des forces de polices, de la justice, harcèlement scolaire et sexuel, suicide mais aussi la façon qu’a la société de broyer les individus qui ne se plient pas à ses règles, Persona 5 Royal ne s’adresse pas qu’aux japonais. Il s’adresse à tout le monde, puisque ses thèmes traversent les pays et les frontières. Les sujets traités sont universels, que nous ayons 15 ou 30 ans, les faits sont là : peu importe l’époque durant laquelle nous jouons à Persona 5 Royal, c’est un chef d’œuvre intemporel puisque ses sujets le sont. Tant que notre société sera gangrenée par la corruption et que certain de ses citoyens traiteront les autres comme du bétail, les œuvres couvrant ces sujets auront pignon sur rue, l’un va de paire avec l’autre.

Ce que j’ai aimé :

  • Que ce soit sur PS4 ou sur PS5, Persona 5 Royal est un chef d’œuvre d’écriture
  • Le 60 fps fait du bien
  • Des temps de chargement réduit voir même inexistant
  • Une durée de vie gargantuesque
  • Tous les DLC embarqués dans la galette

Ce que j’ai moins aimé :

  • La DualSense n’est pas prise en charge :/
  • Ca me fend un peu le cœur d’être obligé de rédiger ce test avant d’avoir fini une seconde fois P5R par manque de temps 😦

Son appréciation

Persona 5 Royal est un bijou d’écriture, ici magnifié dans cette version PS5. De plus, Persona 5 Royal est un chef d’œuvre intemporel, puisque les thèmes qu’il traite le sont et le resteront. Pas besoin de rentrer dans quelconque débat que ce soit, l’état de notre société actuelle me donne raison et donne raison à Atlus et à Persona 5 Royal. Il fait donc partie des œuvres vidéoludiques qui ont de vraies choses à dire. Le tout, c’est que les joueurs et les joueuses ouvrent grand leurs yeux et leurs oreilles maintenant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s