[Test] No More Heroes III (PS5) : Travis Touchdown au sommet de sa forme ?

1 an après sa sortie sur Nintendo Switch, voilà que No More Heroes III sort sur toutes les autres plateformes, c’est à dire PS4, PS5 et Xbox. Je profite donc d’une formidable opportunité de la part de Just For Games pour vous faire un test en bonne et due forme de NMH III. C’est parti pour le test de la version PS5, mais aussi (un peu) Switch de No More Heroes III.

Test réalisé à partir d’une Version PS5 dématérialisée fournie par Just For Games, que je remercie encore et toujours pour leur immense confiance.

Avant propos

Acheté le jour de sa sortie sur Nintendo Switch, l’année dernière, j’ai adoré No More Heroes III mais j’avais décidé de ne pas en écrire de test, par manque de temps. Je profite donc de cette sortie sur PS5 pour rattraper cette erreur.

Sachez cela dit que si vous souhaitez découvrir la saga avec ce 3ème opus, vous risquez d’être totalement perdu puisque No More Heroes III est une suite directe des 2 précédents opus et pire, qu’il vous faudra aussi faire No More Heroes Travis Strike Again, le spin off prenant narrativement place entre le second opus et ce 3ème épisode.

Merci Travis de mettre la Nintendo Switch sur… PS5 😀

Le Test

Je l’ai dit plus haut, No More Heroes 3 n’épargne pas les nouveaux venus et démarre sur les chapeaux de roues. Pas de résumé, ni de présentation sur qui est qui, la narration se concentre sur la nouvelle menace de ce troisième épisode. Fu, un extraterrestre, débarque sur Terre dans l’intention de la conquérir mais plutôt que de le faire d’entrée de jeu, il lancera un jeu morbide sous forme de classement et de rang. Embarqué malgré lui dans cette histoire, Travis se lancera dans une nouvelle aventure qui lui fera éliminer 9 extraterrestres avant de pouvoir prétendre à affronter ce fameux Fu. Je vous la fait courte, afin de vous éviter tout spoil, mais No More Heroes 3 se lance donc à vitesse grand V et ne prendra ni la peine, ni le temps de réellement poser toutes les bases de son intrigue (et encore, je suis gentil puisque il n’y a pas vraiment d’intrigue en fait !). Bref, votre objectif ? Vous battre, vous battre et… Vous battre.

No More Heroes III est ainsi donc articulé comme le 1er épisode, entre chaque combat de boss, il vous faudra réunir le cash nécessaire afin de participer au prochain combat et pour se faire, vous devrez soit accomplir des objectifs secondaires comme des matchs désignés (tout de même obligatoires) ou soit faire la boniche au quatre coins de la map découpée en zones (comme Santa Destroy, Call Of Battle ou Perfect World). Par exemple, vous pourrez déboucher les toilettes afin d’en faire un point de sauvegarde, tondre la pelouse et éliminer des alligators géants sur la plage. Tout ceci afin de pouvoir payer le billet d’entrée du prochain boss du classement.

Hop, référence à Netflix, allez !!!

L’un des gros points positifs de No More Heroes 3, pour moi, c’est bien entendu son gameplay lors des combats. NMH3 se veut être un beat them all dans des sortes d’arènes où, grâce à votre beam katana, vous ferez la peau à vos ennemis. Coups rapides, puissants, prises de catch et 4 « pouvoirs », vous avez l’embarras du choix pour mixer la palette de coups pour en faire voir des vertes et des pas mûres aux méchants d’en face. Néanmoins, attention à la batterie de votre sabre laser, qui, une fois vide, vous laissera à la merci de vos adversaires. Pour éviter cette déconvenue, il vous faudra le recharger assez souvent en combat, rajoutant un peu de piquant à la baston. De plus, sachez que vous pourrez échanger votre seconde monnaie afin de renforcer la santé de Travis, les dégâts de votre katana ainsi que sa barre d’énergie (entre autres).

L’autre point fort de No More Heroes III (et même de la saga), c’est sa faculté à envoyer une tonne de références à la pop culture et surtout, de briser le quatrième mur, en connaissant donc son existence en tant que JV propre ainsi que le joueur (ou la joueuse) qui y joue derrière son écran. Par exemple, l’une de ses références (improbable), étant que la femme de Travis s’appelle Sylvia Kristel, référence direct au film érotique des années 70 : Emmanuelle (hé oui !). D’ailleurs, grâce à No More Heroes III, j’ai découvert Takashi Miike, réalisateur japonais ultra connu et très prolifique puisque à l’origine de plus de 90 projets, que ce soit longs métrages ou épisodes de séries tv. D’ailleurs, c’est ce que j’ai toujours adoré dans No More Heroes, le fait que Suda 51 pousse toujours plus loin le curseur et que la frontière qui nous sépare d’une œuvre virtuelle et de nous, joueurs et joueuses soit de plus en plus mince. Enfin, il me faut vous dire que Suda 51, ici en excellente forme, continue encore et toujours de jouer avec les codes de la narration et s’amuse pour nous proposer une œuvre en parfait décalage avec ce que l’on a l’habitude de voir, a peu près dans le même registre qu’un certain Deadpool. Avec des différences certes, mais a des degrés différents, on peut faire des comparaisons avec les deux univers, même si je vais m’abstenir afin d’éviter tout spoil inutile.

Du côté des graphismes, ne vous attendez surtout pas à une claque graphique. C’est le minimum syndical, que ce soit sur Nintendo Switch ou ici, dans cette version PS5. Cela dit, ça tourne comme un coucou et je n’ai eu aucun problème technique, pas de micro freezes, pas de freezes, pas de ralentissements, bref, je n’ai rien à vous rapporter de ce côté là. Néanmoins, gardez bien en tête que cela se paye cash au niveau graphique pur. De plus, le monde ouvert en lui même est vide en termes de vie et il ne se passera pour ainsi dire rien du tout. Tout ça pour vous dire que le monde ouvert, divisés en zones n’est pas du tout le cœur du jeu mais un moyen en soi pour arriver aux fins du sujet de ce 3ème opus, rien de plus, rien de moins.

Au niveau de la durée de vie, sachez que cela peut varier de la difficulté de votre partie. Pour ma part, je l’ai mit en facile et j’ai fini No More Heroes 3 en une quinzaine d’heures, en me focalisant avant tout sur le principal, c’est à dire, réunir l’argent nécessaire pour accomplir les boss. Pas plus, pas moins. En atteignant la fin, vous débloquerez un NG+ et la difficulté très difficile.

Mon avis sur No More Heroes 3 ? Même si je constate volontiers ses soucis (répétitif au possible, monde ouvert vide et sans âme d’un autre temps, activité secondaire un peu inutile), j’ai un réel coup de cœur pour ce troisième (et dernier ?) opus d’une saga que j’avais découvert sur Wii lors de sa sortie en 2007. Même si j’ai raté le second opus, j’ai toujours eu un affect particulier pour Travis et son univers si unique, que je partage plus ou moins. J’ai passé un très bon moment l’année dernière sur la version Switch, dans mon divan et j’ai repassé l’exact même moment sur cette mouture PS5. De plus, même si je me doute bien que la fin ultra ouverte est une sorte de pied de nez de la part de Suda 51 à l’industrie, j’espère de tout cœur que la saga nous offrira un 4ème opus puisque je vous le dit comme je le pense, No More Heroes est la seule saga vidéoludique à proposer ce qu’elle propose à l’heure actuelle et le fait tellement bien qu’il serait un peu bête de laisser ce créneau vacant. Puisqu’on a toutes et tous besoin d’un Travis Touchdown dans nos vies de joueurs et de joueuses.

Ce que j’ai aimé :

  • Travis Touchdown, toujours aussi chaud patate !
  • Que ce soit Travis ou Suda 51, personne ne se prend au sérieux dans ce joyeux bordel, ce que j’adore de temps en temps 🙂
  • La bande son, du lourd, que du lourd !
  • Le quatrième mur sans cesse maltraité, pour mon plus grand bonheur !
  • Le gameplay, lui aussi en excellente forme
  • Une durée de vie convenable, ni trop long ni trop court

Ce que j’ai moins aimé :

  • Parfois redondant et répétitif, surtout vers la fin
  • Des activités annexes inutiles
  • Je suis resté un peu sur ma faim à cause de cette maudite fin ouverte :/
  • Les zones ouvertes qui vont très certainement rebuter bon nombre d’entre vous puisque totalement vides et manquantes de vie

Son appréciation

Depuis sa découverte sur Wii en 2007, j’ai toujours eu un affect particulier pour No More Heroes et ce 3ème opus berce le geek qui est en moi en me proposant une nouvelle (et dernière ?) aventure de ce cher Travis, un personnage que j’aime vraiment. Certes, ce No More Heroes 3 a des défauts qui vont en calmer plus d’un mais en ce qui me concerne, il a une place bien au chaud quelque part dans mon petit cœur de joueur et j’espère vraiment que Suda 51 n’en restera pas là avec sa fin ouverte de ***** !!!

No More Heroes III décroche le coup de cœur du blog dans sa version PS5 pour cette année 2022

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s