[Test] Horizon Forbidden West : Une suite maîtrisée pour un monde ouvert dépassé ?

Sorti le 28 février 2017, Horizon Zero Dawn avait su créer la surprise lors de sa sortie et s’est quand même écoulé à plus de 20 millions d’exemplaires (PS4 et PC confondus) durant cinq longues années. Horizon Forbidden West est sorti quant à lui le 18 février dernier sur PS5 et PS4. Suite directe, il se charge de nous raconter l’épopée d’Aloy vers l’Ouest Prohibé en quête d’une solution contre la fin de son monde. Après un premier épisode où Guerrilla nous proposait pour la première fois de son histoire sa vision du monde ouvert, il est temps de savoir si il n’est pas temps que le studio (et l’industrie toute entière), se penche sur le renouvellement du genre Monde Ouvert tant dans sa forme que dans son fond.

Test et captures d’écran basés à partir d’une Version PS5 dématérialisée fournie par PlayStation France que je remercie chaleureusement. Test sans aucun spoils.

Le Platine

Narrativement située 6 mois après les événements de Horizon Zero Dawn, Horizon Forbidden West (HFW) nous raconte la course contre la montre qu’entreprend Aloy pour sauver la Terre, « attaquée » par une mystérieuse plante rouge qui s’attaque à tout ce qui vit sur Terre. Aloy découvrira très vite que sa solution se trouve dans l’Ouest Prohibé et décidera de s’y rendre afin de mettre un terme à cette menace. C’est peu ou prou le postulat scénaristique de cette suite et je me garde bien de vous en révéler davantage. Sachez tout simplement que le scénario est très bien écrit, avec une narration très classique et très efficace qui se charge de nous raconter une aventure haute en couleurs et en évènements. Accompagnée de quêtes secondaires en tout genre, la trame narrative nous offre alors ce que nous sommes venu chercher : une épopée qui se déguste au chaud devant son écran alors que nous assistons Aloy dans son aventure parsemée d’embûches et d’évènements indépendant de sa volonté mais qui se chargera de la jeter dans toute sorte de situations toute plus compliquées les unes que les autres. De l’insurrection d’une tribu pour le contrôle de la nouvelle région dans laquelle nous venons d’arriver, à la rencontre de nouveaux visages, l’aventure d’Aloy mérite le détour et se laisse suivre sans aucun temps mort. Je qualifierais même le scénario de réussite, tant ce que j’ai vu m’a plu, jusqu’à sa fin, entre cliffhanger et promesse d’un troisième épisode qui promet quelque chose de très intéressant scénaristiquement parlant.

Outre le scénario, HFW nous propose du contenu annexe, outre ses quêtes secondaires, et nous offre alors toute sorte d’activités pour se perdre dans son monde ouvert. De l’exploration de ruines, à la découverte de panoramas, aux camps de rebelles où il faut déloger les méchants pas gentils ou l’accomplissement de zones de chasses (les mêmes intitulés que celles du premier opus) ainsi que de nouvelles épreuves comme les zones d’entrainements où l’on nous demande d’accomplir un certain nombre de tutoriels (y compris au bout de plus de 50 heures) pour avoir l’infinie chance d’affronter le chef de l’épreuve et enfin une arène où on peut affronter des machines dans des épreuves chronométrées, bref tout est fait pour nous garder dans l’univers post post apocalyptique de cette suite.

En ce qui concerne les combats, c’est la seconde partie réussie de cette suite selon moi. Toujours aussi grisants, les combats sont toujours aussi addictif. Accompagnant les armes que l’on avait déjà dans le 1er opus, de nouveaux jouets interviennent et nous proposent alors d’acérer encore un peu plus nos possibilités face à un bestiaire de machines toute plus énervées les unes que les autres.

Sur la partie RPG du titre, il y a toujours un système de points d’expérience de prise de niveaux et d’arbres de compétences, oui au pluriel, puisque vous pourrez répartir vos points de compétences durement acquis dans 6 arbres de compétences distincts : Guerrier, Trappeur, Chasseur, Survivant, infiltré et Chef des machines. Si, sur le papier, on pense que l’on pourra se spécialisé dans l’un ou l’autre de ces arbres, c’est effectivement vrai, du moins en partie au début de notre aventure pour au final repartir avec l’ensemble des arbres au maximum. A l’instar de Dying Light 2 sorti récemment (la comparaison avec lui n’est pas fini, vous verrez tout au long de votre lecture), je trouve que les arbres de compétences ou du moins les compétences que l’on débloque (mis à part une ou deux ici et là) sont totalement anecdotiques pour ne pas dire inutiles, tant je trouve qu’une fois débloquées, elle ne servent pratiquement à rien, révélant alors qu’elles ne sont en rien déterminantes dans la suite de notre aventure.

Du côté des graphismes, les captures d’écrans vous parleront mieux que moi mais Horizon Forbidden West est absolument magnifique, tant dans ses multiples paysages que dans les expressions du visage, notamment celui d’Aloy, qui ont jouit d’un soin particulier de la part du studio. Techniquement parlant, j’ai calibré ma partie en 60 fps et mis à part quelques petits bugs de collision ici et là, quelques ralentissements sporadiques, une caméra un peu capricieuse par moment ainsi qu’un freeze, mes multiples sessions se sont toutes très bien passées dans l’ensemble.

DualSense en main, cette dernière fait tout simplement des merveilles et vous décrire ce qu’elle vous propose en terme de sensations, à l’aide des vibrations haptiques, du haut parleur de la manette et des gâchettes adaptatives est un exercice que je ne me risquerais pas, tant mes propos ne sont pas la hauteur des sensations ressenties. Sachez juste qu’elle fait des merveilles et à très largement contribué au plaisir que j’ai eu devant Horizon Forbidden West.

Un mot sur la durée de vie, j’ai accompli cette suite en 94 heures, platine en poche. Rassurez vous, si vous ne visez pas le Platine ou si vous ne voulez pas y mettre tout ce temps, c’est tout à fait possible. Si j’ai effectivement un nombre important d’heures, c’est que je voulais faire le jeu à fond, obtenir son platine et passer à autre l’esprit serein en me disant que j’avais effectivement tout fait en terme de contenu et ainsi être capable de vous parler de HFW en étant parfaitement renseigné à son sujet.

Enfin, la bande son est exceptionnelle, rien que ça. Pas plus, pas moins. Quant au doublage français, je vais me répéter mais là encore, c’est un sans faute et l’immersion ainsi offerte est une chose qu’il faut mettre en avant selon moi.

Maintenant que j’ai fait le tour du propriétaire, il est temps de vous donner mon avis sur Horizon Forbidden West, qui m’a à la fois diverti mais aussi déçu, énervé et fais perdre un temps considérable dans un contenu tout simplement inutile et non pertinent dans leur déroulé selon moi. C’est pourquoi, je vous propose deux paragraphes : ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Ce qui fonctionne

Le scénario est, je trouve, relativement bien écrit et nous offre une aventure haute en couleur, où je trouve qu’Aloy est jetée dans une situation beaucoup trop risquée pour une seule personne et pourtant, elle est à la hauteur des enjeux. Certaines de ses répliques, de ses questionnements mais aussi de ses décisions sont sensées et intelligentes compte tenu de la situation dans laquelle elle se trouve et surtout les imprévus qui lui tombent sur la tête. De plus, certaines quêtes secondaires sont très bien amenées et nous offrent alors certains moments inoubliables, tant je trouve que parfois, elles sont à la hauteur de ce qu’il se passe dans l’histoire principale.

Les combats, aussi grisants qu’addictif, tout comme dans le premier d’ailleurs, où l’on à toute la liberté pour se confectionner notre propre stratégie face à un bestiaire de machines ultra énervées où il faut avant toujours jouer sur leur faiblesse pour espérer se défaire des plus fortes.

Des moments de pur contemplation avec certaines vues, où l’univers si particulier de Horizon nous offre alors certains panoramas de toute beauté, où je n’avais qu’une envie : sortir le mode photo, qui est de plus, toujours aussi complet !

Les options d’accessibilités, que je trouve toujours aussi intelligentes et surtout que l’on peut changer à la volée.

Ce qui ne fonctionne pas

Ce qui ne fonctionne pas dans Horizon Forbidden West c’est la construction de son Monde Ouvert que je trouve dépassé. Nous sommes en 2022 et en ce début d’année, alors que je sort de Dying Light 2, il y a une forte similitude entre les deux monde ouverts : bourrés de contenus inintéressants dans leur exécution, un monde ouvert bien trop grand à parcourir, complètement vides en terme de vie, répétitif par ailleurs et surtout totalement générique, que j’oublierais sitôt passé à autre chose pour les deux titres. Non pas que cela manque de pnj, loin de là, mais on sent le contraste entre le personnage principal que nous incarnons et le reste des personnages que l’on « rencontre » au gré de notre aventure. De plus, dans Horizon Forbidden West, le contenu secondaire comme les mini arènes ainsi que l’arène est raté, autant dans le fond que la forme. Pour la première épreuve, on nous demande d’exécuter un certain nombre de tutoriel face à des pnj qui ne bougent pas, avant d’affronter le chef de l’arène local. Si pour la première fois, ça peut passer, au bout de 60 heures, une certaine redondance se met en place. Pareil pour l’arène où l’on affronte que des machines, si sur le papier, j’adore ce genre d’épreuves (par exemple dans la série Ratchet And Clank, c’est l’une des choses que j’aime faire le plus !), celles dans Horizon est un échec sur toute la ligne.

Si dans mes 40 premières heures, on va dire que je suis resté mesuré dans mon avis, en découvrant le contenu au fur et à mesure de mon avancée, cela change par la suite et je n’avais qu’une envie, boucler mon aventure. Le fait est que je visais le Platine, me demandant donc de faire une grosse majorité du contenu secondaire, j’ai décidé de baisser la difficulté de ma partie de normal en facile et même de la passer de facile en histoire le temps de faire l’arène et ses épreuves nous demandant de payer avec notre argent virtuel pour avoir la possibilité de les accomplir (ce qui est un non sens total mais bref passons) afin de repartir avec les seuls équipements légendaires que compte cette suite oui vous lisez bien !

Je finirais là dessus mais je trouve que Horizon Forbidden West est hélas beaucoup trop générique pour moi. Je sais que j’aurais totalement oublié ce qu’il avait à me raconter alors que pour le premier épisode, je me souvient encore du moment où l’on découvre les tenants et les aboutissants au bout d’un certain nombre importants d’heures, tant sur Aloy que sur le monde en lui même et ce qui a fait que j’aime cet univers, récompensant en quelques sorte mon investissement dans son univers. Dans cette suite pourtant maîtrisée, puisque le studio a bel et bien écouté les retours construits des joueurs (notamment en ce qui concerne les combats au corps à corps, les expressions du visage, les positions des personnages quant ils se parlent), je trouve que cette suite a énormément perdu de personnalité, là où elle gagne en simplicité d’exécution, dans son scénario qui nous est servi assez facilement, même si il est l’une des forces de cette suite. De plus, si vraiment le studio écoute ses joueurs, je n’ai qu’un mot à dire à Guerrilla : si un 3ème opus est dans les tuyaux, vous devez revoir en profondeur la construction de votre monde ouvert. Moins grand, moins de contenu secondaires qui ne servent qu’à allonger le temps de façon artificielle (pour cela, miser plutôt sur les quêtes secondaires, ça pourrait être une bonne alternative) et surtout, réfléchissez à rendre votre univers moins générique, avec plus de personnalité, cela pourrait être gage d’un certain renouveau. Parce qu’en l’état, si rien ne change, je ne suis pas sûr que vouloir perdre à nouveau une centaine d’heures pour simplement avoir la satisfaction d’avoir tout vu de votre production…

Ce que j’ai aimé :

  • Aloy, toujours aussi charismatique et badass
  • Un scénario bien écrit, bien mis en scène et très plaisant à suivre
  • Le reste du casting n’est pas en reste non plus : Erend et Varl en tête de liste
  • Le mode photo, toujours présent !
  • La DualSense qui fait des merveilles
  • Les combats, toujours aussi grisants et addictif
  • Des choix d’accessibilité qui force le respect
  • Le jeu de plateau « Attack », c’est quand vous voulez pour le sortir physiquement
  • Le studio a bien entendu les retours constructifs des joueurs, notamment sur la partie escalade, il faut le souligner
  • Certaines missions secondaires bien écrites
  • Un doublage français de très haute volée
  • Une durée de vie gargantuesque…

Ce que j’ai moins aimé :

  • …Malheureusement construite avec du contenu inutile autant dans le fond que dans la forme
  • Une suite générique que j’aurais oubliée dans quelques jours
  • Répétitif
  • Une technique en deçà que ce que je suis habitué de la part de Guerrilla
  • Un monde ouvert beaucoup trop grand, qui manque de vie et d’âme
  • Une suite qui ne propose rien de nouveau, mis à part le fait de se replonger dans un univers que j’apprécie

Son appréciation

Si Horizon Forbidden West ressemble énormément dans sa construction par rapport à Horizon Zero Dawn et que j’ai adoré ce dernier, entre temps il y a eu quelques années qui ont passées et mes attentes et mes exigences ont changées. Si je n’avais pas énormément de choses à reprocher au premier volet compte tenu du fait que c’était le premier monde ouvert du studio et que je leur pardonnais aisément certains points faibles, ici nous sommes face à une suite qui ne propose rien de réellement tangible pour à la fois relancé sa propre saga mais le genre auquel il appartient. En résulte alors, à la fois, une suite maîtrisée qui nous propose ce qu’elle sait faire de mieux mais aussi son plus gros défaut auquel est confronté le genre du monde ouvert depuis 1 ou 2 ans maintenant : des mondes ouverts beaucoup trop grand, remplis de contenu inintéressant, inutile et oublié dès lors sa complétion achevé. De ce fait, Horizon Forbidden West diverti autant qu’un bon fast food nous nourri. C’est super bon mais on l’aura hélas oublié le lendemain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s