[Test] 13 Sentinels Aegis Rim : Un Visuel Novel à ne (surtout) pas rater !

Je n’ai jamais joué à un Visuel Novel avant 13 Sentinels Aegis Rim. Alors quand on m’à raconté un peu le point de départ de cette production développée par Vanillaware et éditée par Atlus au Japon et Sega en Europe, j’ai décidé de lui donner sa chance. Le moins que je ne puisse vous dire dans cette introduction, c’est que je ne le regrette pas un seul instant. Pourquoi ? Comment ?

Test réalisé à partir d’une Version PS4 physique, sur PS5. Garanti sans aucun spoils.

Le Platine

Le Test

Tout commence en 1985. Nous rencontrons Juro Kurabe et Iori Fuyusaka, deux pilotes de mécas qui sont le dernier rempart de l’humanité face aux Kaijus. C’est ainsi que 13 Sentinels Aegis Rim débute son aventure et installe son point de départ de la plus énigmatique des manières. Un point de départ tonitruant mais qui cache un scénario d’une profondeur inattendu qui nous sera raconté d’une manière exigeante vis à vis de nous, de vous, de son joueur et de sa joueuse. Cette narration prend une forme tentaculaire, ayant diverses ramifications aux travers de l’histoire de 13 personnages qui se regrouperont alors pour nous dévoiler l’envergure du scénario de ce 13 Sentinels Aegis Rim. Bourré de références en tout genre à la pop culture et plus précisément aux œuvres de SF, 13 Sentinels Aegis Rim déroule un scénario intelligent, bien écrit, bien narré et nous plonge dans son univers dans un malin plaisir de nous maintenir dans le flou, jusqu’à sa toute fin. Raconté dans les multiples dialogues que compte le jeu, 13 Sentinels Aegis Rim étant un Visual Novel (roman vidéoludique en français), il se sert donc de ses scénettes pour nous dévoiler son aventure et nous prouve donc que nous pouvons raconter une histoire à l’aide seulement de ses dialogues. Nous demandons donc une certaine attention puisque l’on va passer le plus clair de notre temps à lire les multiples lignes de dialogues (fort heureusement traduites), 13 Sentinels Aegis Rim nous plonge dans son univers cohérent, intéressant, mâture et profond et surprend même par la floraison de références en tout genre, tout en évitant de tomber dans le piège de la redite par rapport à ces mêmes références.

Certes, il s’en inspire mais réussit le tour de force de nous proposer un univers de science fiction inédit, tout en proposant des thèmes récurrents au genre mais en nous offrant une nouvelle piste de réflexion par rapport aux sujets dont il souhaite nous parler. C’est l’un de ses tours de force à mon sens, puisque ce que j’ai vu dans ce 13 Sentinels Aegis Rim n’est pas vraiment une nouveauté pour moi mais je trouve l’art et la manière de le faire très intelligent et très bien traité (ce qui est important de le dire). Vous l’aurez sans doute compris, parler du jeu sans évoquer le moindre spoil que ce soit n’est pas évident, tant j’ai pris un immense plaisir manette en main, à vouloir à tout prix découvrir la suite d’un scénario qui ne m’aura jamais lâché ni tombé des mains, tant j’ai eu l’impression d’avoir été très bien considéré et surtout avoir été respecté, moi immense fan d’un genre que j’aime tout particulièrement.

Néanmoins, ce n’est pas fini. Plutôt que de purement et simplement nous raconter l’histoire de 13 pilotes de mécas confrontés aux Kaijus, Vanillaware nous propose également de suivre leur lutte en direct grâce au mode bataille où vous allez devoir vous aussi vous battre face aux envahisseurs dans un mode de jeu loin d’être anecdotique selon moi. C’est ainsi que l’on va se retrouver aux commandes de nos cher(e)s ami(e)s afin de gérer un flot incessant d’ennemis dans une sorte de tour par tour tactique tout en étant très simple de prise en main et de compréhension, ce qui nous permet alors de prendre un immense plaisir à filer entre deux scénarios dans ce mode très complet, puisque non content de nous offrir de la bonne baston, on pourra aussi renforcer nos mécas grâce à un menu d’avant bataille très complet qui nous demandera donc de dépenser nos crédits pour acheter et renforcer différents pouvoirs pour nos pilotes. Là encore, le but n’est pas de nous prendre la tête et tout est simple, clair, concis, cohérent et surtout très complet.

Du côté de la bande son, nous sommes bien en présence d’une œuvre japonaise et les différentes musiques sont toutes très efficaces mais ne resteront pas longtemps en tête.

Quant à la technique, je n’ai eu aucun souci que ce soit. Pas de ralentissements, pas de freezes, pas de bugs. Je l’ai dit au dessus, 13 Sentinels Aegis Rim jouit d’une traduction française léchée et respectueuse de l’œuvre qu’elle traduit. De plus, nous avons droit au choix de deux doublages : japonais et anglais. Pour avoir choisi le second, j’ai reconnu quelques voix ici et là, signe d’un grand soin apporté au doublage anglais.

Graphiquement parlant, 13 Sentinels Aegis Rim se démarque par sa somptueuse DA cell shading qui nous offre parfois des plans vraiment jolis, tout en ne concentrant absolument pas ses efforts sur la course aux graphismes purs et durs. Bref, c’est joli et ça fait amplement le travail.

Nous sommes arrivés à mon verdict. Je ne vais pas y aller par quatre chemins mais j’ai tout simplement adoré. Ce que j’ai vu et joué durant mes 40 heures qu’il m’aura fallu pour finir le jeu et obtenir son Platine m’a tout simplement bercé, tant j’ai pris un pied immense manette en main. 13 Sentinels Aegis Rim ne fait pas que reprendre ici et là des œuvres de SF modernes pour en faire des références dans son aventure, il se permet d’aller (beaucoup) plus loin que ça et nous offre alors un univers inédit cohérent, intéressant et très intelligent. De plus, les thèmes évoqués et traités le sont avec un respect certain du joueur et de la joueuse, peu importe si il/elle est habitué du genre ou non et lui permet donc de réfléchir aux propos évoqués dans ce 13 Sentinels Aegis Rim. De plus, fait assez rare de nos jours et après y avoir longuement réfléchi, je n’ai pour ainsi dire aucun reproches à faire à ce 13 Sentinels Aegis Rim. Oui, il y a un paquet de dialogues à lire, oui il faut passer par le mode bataille pour obligatoirement finir le jeu mais cela ne m’a posé aucun problème que ce soit, tant le fait d’être parfois obligé de « switcher » d’un mode à l’autre (et même d’un personnage à l’autre) pour faire avancer le scénario est une idée redoutable en termes de suspense puisqu’il nous pousse à continuer pour avoir le fin mot de l’histoire.

Une excellente surprise donc et je vous confesse volontiers avoir tout simplement été conquis par ce 13 Sentinels Aegis Rim tant j’aime tout simplement ce genre d’œuvre, respectueuse à la fois du genre évoqué que de son joueur et de sa joueuse, bref, tout ce que j’aime quand je me plonge dans une œuvre de SF. 13 Sentinels Aegis Rim à beau être un VN (Visual Novel), je ne regrette pas un seul instant de lui avoir accordé le temps qu’il mérite et je pense que je me prendre sa Version Switch (qui arrive le 12 avril prochain) afin de le rajouter dans ma collection.

Ce que j’ai aimé :

  • Le postulat de départ de ce 13 Sentinels Aegis Rim…
  • … Et tout le reste du jeu !
  • Une bonne traduction VF
  • Une écriture redoutable, cohérente, intelligente et enivrante
  • Une gestion diabolique du suspense, me poussant à poursuivre la partie sans m’arrêter ne seule seconde
  • Le mode bataille, sans prises de tête et très jouissif
  • Une grosse durée de vie, sans temps mort, sans creux scénaristique

Ce que j’ai moins aimé :

  • Je cherche encore mais je n’ai rien trouvé de négatif à vous dire à son sujet

Son appréciation

Comment vous dire que 13 Sentinels Aegis Rim est exceptionnel à plus d’un titre sans vous raconter le pourquoi du comment ? Hé bien en vous disant tout simplement que je n’attendais pas grand chose au moment de lui donner sa chance mais que je ne l’ai pas lâché durant mes 40 heures dessus. Ni plus, ni moins. En tant que grand fan de la Science Fiction au sens large du terme, j’ai été respecté à plus d’un titre et même choyé par une histoire d’une redoutable écriture, qui n’oublie pas, au passage de me rendre accroc, grâce à une gestion du suspense d’une admirable férocité. De plus, 13 Sentinels Aegis Rim me prouve également que l’on peut raconter une histoire uniquement au travers de l’utilisation des dialogues et le fait admirablement bien. Bref, j’ai pris une immense claque dans les gencives et j’en redemande même, tant je me suis régalé comme un gosse devant le premier visionnement d’un Godzilla pour ne citer que cette œuvre de SF là…

Bien que sorti en 2020, 13 Sentinels Aegis Rim décroche le 1er coup de cœur de l’année 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s