[Test] Mass Effect 1 Legendary Edition : Un monument de la SF qu’il faut absolument (re)découvrir ?

Souhaitant repartir sur des bases « saines », Bioware et EA ont décidés d’offrir à leurs fans le cadeau ultime : la trilogie Mass Effect avec tout le contenu supplémentaire de chaque édition dans une version retravaillée graphiquement. Cette édition, la Legendary Edition, est sortie le 14 mai 2021 sur PS4, Xbox One et PC. Je vous propose donc les Tests de chacun de ces grands JV les uns après les autres. On commence donc par le commencement : Mass Effect.

Test et screenshots basés sur une Version PS4 physique achetée par mes soins, sur PS5.

Le Platine

Consulter son Guide des Trophées

Sorti en exclusivité sur Xbox 360 le 20 novembre 2007, Mass Effect se déroule en 2183. L’humanité, forte d’un bond technologique spectaculaire, est à présent capable de voyager dans la Galaxie toute entière et y découvre que d’autres races extraterrestres intelligentes y sont présentes comme les Asaris, les Quariens ou les Turiens. Souhaitant faire bonne figure auprès du Conseil à la Citadelle, l’Humanité s’est donc regroupée sous l’Egide de l’Alliance Interstellaire. Alors qu’il doit accomplir une mission de routine sur Eden Prime, le Commandant John Shepard devra faire face à une gigantesque menace venue des tréfonds de la galaxie… C’est peu ou prou le point de départ scénaristique de ce Mass Effect. Bien que je pourrais vous en dévoiler beaucoup plus compte tenu de sa lointaine date de sortie (il est sorti il y a tout de même 14 ans !), je n’en ferais rien rassurez vous.

Le scénario de ce Mass Effect est en toute franchise, à l’époque comme maintenant en 2021-2022 une véritable claque, en termes de scénarisation d’une part mais aussi dans son lore et les sujets qu’il traite. Mass Effect se veut être un Space Opera comme Star Trek, où, placés dans la peau d’un Commandant, vous devez, grâce à votre équipe, sauver l’univers d’une menace. A l’aide donc de votre équipage et de votre propre vaisseau, le SR1 Normandy, vous parcourez la Galaxie de la Voie Lactée où vous pouvez opter pour des quêtes secondaires et l’histoire comme bon vous semble. Oscillant entre exploration et combats en tout genre, le scénario de Mass Effect se finit sur une apothéose propre au genre et conclut son histoire d’une bien belle manière. Sans rentrer dans le moindre détail que ce soit, le scénario, écrit à l’époque par Drew Karpyshyn reste encore aujourd’hui dans le haut du panier. Grâce à une certaine profondeur, un lore intelligent, la gestion de la Politique inter-espèce et l’opinion parfois tranchée de nos compagnons, on finit donc par s’y attacher et vouloir en faire notre copain-copine. Bref, de ce côté là, si comme moi vous aimez les histoires bien fignolées, vous êtes entre de bonnes mains.

Mais que serait un bon scénario sans dialogues ? Là encore, ces derniers sont très régulièrement à choix et peuvent être parfois décisifs si vous décidez d’être Conciliateur et/ou Pragmatique. Néanmoins, il m’est arrivé de me rendre compte que certains choix dans la ligne de dialogue déclenchait quelque chose d’autre une fois le choix validé. Fort heureusement, ce n’est pas bien grave mais cette situation s’est souvent répétée pour vous en parler.

Avant d’attaquer votre aventure, comme dans tout RPG qui se respecte, sachez que vous pouvez choisir le sexe de votre Shepard, sa classe ainsi que son passé, qui n’a pas de réelle incidence sur votre aventure, de plus, sachez que cette Legendary Edition vous proposera dès ce Mass Effect le choix de prendre la version féminine de Shepard venant tout droit de Mass Effect 3, ce qui est un plus qu’il faut vraiment saluer. En ce qui me concerne, j’ai choisi le John Shepard par défaut, avec la classe Soldat, ne souhaitant pas perdre de temps dans l’édition de personnage proposé.

Au niveau du gameplay, Mass Effect se joue comme un TPS classique mais qui, en 2021 et surtout en comparaison de Mass Effect 2, à pris un coup de vieux. Avec à la fois des armes à feu conventionnel (fusil d’assaut, de précision, à pompes et arme de poing) mais aussi des pouvoirs en deux catégories : biotique et technologique. Vous pouvez également emmener avec vous deux compagnons sur le terrain, histoire d’avoir du renfort (ou bien avoir une stratégie avec eux, en vous servant de leur pouvoir, histoire de tout combiner). Malgré un léger travail de confort au niveau du gameplay de la part du studio de cette Legendary Edition, le gameplay de Mass Effect accuse le poids des années. Il se laisse toujours joué et le plaisir à toujours été de la partie mais la différence avec au minimum Mass Effect 2 est bel et bien palpable et même, je l’ose dire, vertigineuse (j’y reviendrais dans le Test de Mass Effect 2). Au niveau du bestiaire que vous aurez à affronter, sachez que vous serez constamment dépaysés mais qu’un ennemi bien particulier reviendra plus souvent que les autres (ce qui est normal au vu du scénario). Ne pouvant comparer avec l’original, sachez que le gameplay de Mass Effect reste efficace, vous demandant, si vous êtes soldat, d’osciller entre fusillades bien nourries et utilisation de pouvoirs, de grenades, de soins et le fait de pouvoir vous protéger avec les éléments du décors. De plus, en extérieur sur les planètes, vous pouvez vous déplacer avec le fameux Mako qui se dirige avec les joystick. Il se laisse conduire mais si c’est la première fois pour vous, il vous faudra un petit temps d’adaptation, sachez le.

Graphiquement parlant, je trouve à la fois ce Mass Effect 1 Legendary Edition agréable à l’œil mais aussi, malheureusement un peu daté. Au niveau des expressions du visages où tous les personnages (Shepard avec) ont toutes et tous un gros souci avec leur sourcil gauche quand ils discutent, offrent des moments assez amusants mais au niveau des paysages, surtout dans l’espace où sur une planète quelconque, le dépaysement est bel et bien de la partie. Je ne compte plus les fois où je me suis amusé avec le mode photo tant la vue qui s’offrait à moi était réellement magnifique. Il faut néanmoins ne pas oublier qu’effectivement, le travail de remasterisation est bel et bien de la partie. Le studio à vraiment bien travailler pour nous permettre de nous replonger dans ce 1er épisode de la meilleure des manières mais au vu de ce que je voit dans Mass Effect 2, Mass Effect accusera toujours un certain retard d’un point de vue graphisme.

Du côté de la technique, mis à part avoir certains ralentissements dans les gunfights parce que ça explosait de partout, je n’ai rien de particulier à vous dire et mes multiples sessions sur le jeu se sont toutes très bien passées. La bande son si particulière est toujours de la partie et reste toujours aussi marquante, mention à celle une fois dans la carte galactique qui me berce toujours autant. Un mot sur le doublage français, qui, même si il commence doucement à prendre un coup de vieux dans l’intonation ou l’investissement de certain(e)s doubleurs(ses), il reste toujours aussi bon.

Quant à la durée de vie, sachez que j’ai fini une première fois Mass Effect, dans sa difficulté Normal, en 38 heures (j’arrondis de quelques minutes), en décrochant son Platine et en accomplissant presque toutes les missions secondaires (seule une que j’ai découvert tardivement me résiste un peu). J’ai même enchaîné immédiatement une Nouvelle Partie + dans la plus haute difficulté parce que très clairement je n’étais pas rassasié.

Maintenant que j’ai fais le tour, place à mon avis. Vous l’avez sans doute compris, j’ai très clairement adoré me replonger dans ce Mass Effect, dans des conditions quasiment optimales. Je n’ai pas lâché la manette et j’ai même rempilé immédiatement tant je n’en avais pas eu assez une fois la fin accomplie. Mass Effect reste le pilier SF qu’il était, est et restera. Il est même, à mes yeux, le meilleur Space Opera devant Star Wars et Star Trek et de très loin, tant dans ses propos, dans son lore, son histoire, ses personnages et les sujets qu’il traite. Son univers, son intelligence, sa vision, le respect qu’il a de son joueur et le fait qu’il nous propose autant d’outils mis à notre disposition pour que nous puissions vivre notre « propre » aventure comme nous l’entendons est encore maintenant une prouesse qu’il faut saluer.

De plus, cette Legendary Edition est le prétexte parfait pour s’y (re)plonger tant le respect du studio envers son (chef d’)œuvre est palpable. Néanmoins, j’ai tout de même deux griefs. Le premier concerne cette Edition Légendaire. J’aurais aimé, à l’instar de la Master Chief Collection, avoir la possibilité de comparer la version d’époque et cette version Remasterisée. Même si ça aurait été dans un menu dédié et pas in-game, j’aurais aimé cette attention toute particulière. Le second tient au NG+ où pour se relancer, c’est un peu bordélique. J’aurais aimé que ce soit plus clair, avec l’option qui apparait dans le menu, histoire de ne pas perdre de temps à devoir vérifier sur le net si l’option était bien présente. Je finis aussi par évoquer l’IA, autant alliée qu’ennemie. Si en difficulté normale, je n’ai spécialement rien à dire, dans la plus haute difficulté, en Légendaire, l’IA alliée réagit de la pire des manières en agissant comme un poulet sans tête. Si la plupart du temps, ce n’est pas gênant, dans certaines situations c’est le Game Over qui arrive. Quant on sait que l’on est capable de gérer la situation seul, le fait de se manger une fin de partie à cause d’une IA sous cocaïne est parfois dur à encaisser…

Ce que j’ai aimé :

  • Les meilleures conditions possibles sont toutes réunies pour se replonger dans Mass Effect
  • Le dlc « Turbulences à 100 000 pieds » intégré d’office dans l’aventure
  • Une durée de vie parfaite (comptez environ une trentaine d’heures pour en faire le tour)
  • Un scénario mené d’une main de maitre pour un lore intelligent et unique
  • Des paysages graphiquement superbes !
  • Un mode photo bien foutu
  • Des personnages inoubliables, Ashley et Garrus en tête
  • Un confort de gameplay un peu revu histoire que le plaisir soit toujours de la partie…

Ce que j’ai moins aimé :

  • … Mais qui accuse (hélas) le poids des années surtout si on le compare avec Mass Effect 2
  • Des expressions du visage un peu bizarre (le sourcil gauche à dû prendre sa carte à la CGT vu sa proportion à s’exprimer comme il le fait)
  • J’aurais aimé avoir la possibilité de comparer entre cette nouvelle version et l’ancienne, histoire de pouvoir me rendre réellement compte du travail de remasterisation abattu :/
  • En difficulté Légendaire, l’IA alliée fait n’importe quoi, ce qui n’aide parfois pas dans les gunfights…

Son appréciation

En 2007 comme en 2021-2022, Mass Effect reste le chef d’œuvre SF qu’il était quand je l’ai découvert. Avec une écriture remarquable, tant dans son lore que dans son histoire qu’il souhaite nous raconter, Mass Effect est un monument, un joyau brut de décoffrage qui n’attend plus que celles et ceux comme moi, aimant le Space Opéra intelligent et la SF de qualité, afin de pouvoir les plonger dans son univers unique, inédit et si singulier. Malgré un petit défaut qui ne gâche absolument pas notre immersion, je n’ai pour ainsi dire rien à reprocher ni à ce premier volet ni à cette Legendary Edition tant elle nous permet de (re)découvrir un des bijoux du studio Bioware du temps où il respectait ses joueurs et ses joueuses…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s